Lettre ouverte – mesures coronavirus prises au sein d’I3F

Lettre ouverte – mesures coronavirus prises au sein d’I3F

Madame la Directrice Générale,

En raison de la situation exceptionnelle vécue par tous les salariés, depuis plus de 10 jours, la CGTgi3f a réclamé à la Direction la convocation extraordinaire de CSE.

Nous avons également suggéré de prendre plusieurs mesures de précaution. Ainsi, le vendredi 6 mars 2020, la CGTgi3f avait proposé « d’anticiper et de prévenir dans l’intérêt de tous, de généraliser le télétravail (…) dans un 1er temps sur la base du volontariat ; de fermer les espaces d’accueil en Agence (…) et pour les métiers de proximité. » Nous n’avons reçu aucune réponse.

La demande d’un CSE extraordinaire d’IDF a été refusée au motif que tout était sous contrôle. Le CSE extraordinaire central a finalement eu lieu le vendredi 13 mars à 10:00. Mais juste avant étaient publiées sur le portail les mesures prises par la Direction sans donc en discuter au préalable avec les instances représentatives des salariés.

Ainsi, nous nous voyons contraints de revenir sur ces préconisations faute d’avoir pu les commenter avant leurs mises en place. Pour commencer, nous supposons et espérons que la mesure bancale concernant le télétravail et le roulement de 50 % est caduque. Nous passerons sur les interprétations « à la carte » faite d’une Agence à l’autre vendredi après-midi. Quoi qu’il en soit, le Président de la République le jeudi 12 mars puis le 1er ministre le samedi 14 mars n’ont pas préconisé dans les entreprises le télétravail à 50 % …

De plus, rien n’a été prévu pour les salariés empruntant les transports en commun. Le fait que notre secrétaire général prenne le métro comme il l’a souligné lui-même lors du CSE central ne rassure pas pour autant les salariés.

Ensuite, les mesures d’intervention chez un locataire contaminé sont au mieux surréalistes. Comment peut-on écrire qu’un collaborateur devra attendre « 3 heures avant de pénétrer dans une
pièce où a circulé la personne malade » ? Si la Direction veut se rendre chez des malades qu’elle le fasse sans les collaborateurs.

Pour le salarié avec enfant(s) ne pouvant être en télétravail, vous écrivez qu’il « doit se rapprocher de l’agence régionale de santé qui lui indiquera les démarches à suivre … » Pourtant le site
gouvernemental service public indique que « c’est l’employeur qui doit via la page employeur du site ameli.fr déclarer l’arrêt de travail de son salarié (le parent n’a pas besoin d’entrer en contact avec sa caisse d’assurance maladie). » https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A13890 .La mesure 3F est pour le moins confuse et semble peu en adéquation avec les consignes de l’Etat.

Les états des lieux, les signatures de baux et les visites de logement n’ont pas du tout été abordés. Le personnel de proximité doit savoir ce que 3F préconise pour son quotidien.

Pour terminer, comme évoqué en CSE central, en cas d’aggravation des mesures gouvernementales, que comptez-vous faire ? Par exemple, certaines professions sont exclues du télétravail. Des salariés ne sont pas pourvus pour l’exercer faute de moyen technique, etc. Tout cela ne s’improvise pas.

Les syndicats ne sont pas les ennemis de la Direction. Nous sommes issus du personnel de proximité et du personnel administratif. Nous associer aurait pu permettre d’éviter les points évoqués dans ce courrier.

Même si votre départ est proche, nous espérons que vous réagirez positivement aux inquiétudes légitimes du personnel d’I3F dans son ensemble.

Nous vous prions d’agréer, Madame la Directrice Générale, nos salutations distinguées.

Pascal ROBIN et Antoine ROSSELLE
Délégués centraux CGTgi3f

 

Télécharger la lettre ouverte au format PDF